Entreprise — 20/12/2017 at 07:00

Interview avec la startup « KeeeX », future pépite française de la signature numérique embarquée

by
binding-contract-948442_1920_kx_xegov-zybok

KeeeX

Direction la cité phocéenne où la société KeeeX fondée en 2014 a donné naissance au néologisme “keeexer”. Incubée dans le quartier de La Belle de Mai, cette future pépite a été sélectionnée pour faire partie de la délégation française au CES de Las Vegas.   

Zoom sur cette startup Marseillaise au potentiel très prometteur avec Cyprien Veyrat.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, présentez-nous la société et l’équipe ?

KeeeX est une startup fondée en 2014 et a inventé la signature numérique embarquée. Il s’agit d’une technologie universelle permettant de sécuriser tout type de fichier numérique avec des preuves d’intégrité, d’identité de l’auteur, de date et de géolocalisation. Il s’agit d’une sorte de passeport numérique attachée à la donnée qui permet à n’importe qui et à n’importe quel moment de vérifier l’authenticité de la donnée sans infrastructure. Nous sommes aujourd’hui une dizaine de personnes avec des bureaux à Marseille et à Paris suite à notre sélection au programme Cybersécurité de Thales à Station F.

Expliquez-nous ce qu’est la Blockchain, et pourquoi vous l’utilisez ? 

Il faut voir la Blockchain comme un registre numérique, un grand livre de compte, où sont inscrites de manière indélébile des transactions. Ce registre est distribué à différents endroits du globe, synchronisé en temps réel, sécurisé et transparent. Il permet d’échanger de la valeur de façon pair à pair, sans organe central de contrôle.

Nous utilisons la Blockchain, notamment celle de Bitcoin, pour notariser des empreintes de documents. Cela permet de prouver l’existence et l’intégrité d’un fichier à une date donnée. La combinaison de la technologie KeeeX et de la Blockchain permet de sécuriser n’importe quel fichier (diplômes, communiqués de presse, états des lieux photographiques, contrats) et d’apporter traçabilité et auditabilité dans les processus (logistique, maintenance, dématérialisation, RGPD).

Qui sont vos potentiels clients ?

L’universalité et l’interopérabilité de notre technologie intéressent l’ensemble des secteurs que ce soit pour sécuriser des données, signer des contrats, déposer des preuves d’existence pour des brevets ou tracer des processus logistiques entre différents partenaires. Le fait que nous soyons agnostiques sur le protocole Blockchain utilisé et que nous sécurisions et valorisons les données sans en modifier le format rassurent les acteurs. Nous collaborons aujourd’hui avec des entreprises comme SNCF Réseau, EDF, Orange, Thales ou Engie.

Etes-vous un nouvel entrant dans le marché de la signature numérique ? Quelle est votre valeur ajoutée ?

Nous sommes totalement différents des autres acteurs car notre technologie s’applique à l’ensemble des formats qu’il s’agisse de documents, photos, vidéos, emails, logs… De plus et ce qui est totalement disruptif, c’est que le fichier auto-porte ses preuves de confiance. Il est donc vérifiable sans limite de temps par quiconque.

Vous avez également intégré des certificats dans votre solution, pourquoi ?

S’agissant d’une technologie récente, il existe encore peu de jurisprudence même si la validité de ce type de solution est démontrable très facilement devant un juge. Il est également possible que les différentes parties se mettent d’accord sur une convention de preuve. Afin de répondre à des contraintes règlementaires sur certains documents, nous proposons donc à nos clients une solution hybride basée sur notre technologie de signature et sur des certificats électroniques. Cela permet de rassurer nos clients et d’assurer la transition en attendant que la jurisprudence se fasse.

Quel est votre modèle économique ?

Nous fonctionnons avec un modèle de licence et de coût par opération pour les entreprises qui souhaitent intégrer notre moteur de signature KeeeX Core chez eux. L’avantage est qu’ils maitrisent les données car elles ne sortent pas de chez eux.

Pour les applications comme Photo Proof qui permet de sécuriser les clichés pris depuis son mobile, l’utilisateur ou l’entreprise achète des crédits qui comprennent à la fois la sécurisation du fichier, l’horodatage et l’ancrage sur la Blockchain.

Enfin, nous mettons à disposition notre technologie chez nos partenaires sous forme de marque grise ou marque blanche.

Question financement, avez-vous déjà effectué une levée de fonds ? Si oui, qui vous fait confiance ? Une prochaine levée est envisageable dans un futur proche ?

Nous avons à ce jour levé 500k€ auprès d’investisseurs privés. Une prochaine levée est envisagée au premier trimestre 2018.

Vous repartez à Las Vegas pour le CES, avec une solution qui s’est améliorée. Quel est votre objectif principal ?

Nous étions partis l’an dernier pour présenter Photo Proof. Le fait que nous soyons la seule startup Blockchain au monde sur Eureka Park nous a donné une énorme visibilité. Le pari s’est révélé gagnant : nous avons noué un partenariat avec Orange pour le stockage des photos sur le Cloud d’Orange de leurs utilisateurs, la société Monuma utilise notre technologie dans son application Patrimonia pour de l’expertise assurance et d’autres projets sont en cours dans la logistique, la maintenance et l’immobilier.

Cette année, nous présenterons une autre de nos applications : Signatory by KeeeX. Il s’agit d’offrir la possibilité de signer un contrat grâce à un selfie vidéo. L’enregistrement est protégé avec notre technologie, horodaté, géolocalisé et cryptographiquement relié au contrat. Il existe un fort intérêt pour ce type d’application notamment dans le cadre de la mobilité et du développement de l’assurance à l’usage.

Notre objectif reste le même : développer notre notoriété et rencontrer prospects, partenaires et investisseurs.

Quelles sont vos recommandations aux nouvelles générations qui souhaitent se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat ?

Une bonne idée ne fait pas tout, il est important de bien s’entourer et d’arriver sur le marché au bon moment. L’auto-formation est également nécessaire, il faut avoir la soif d’apprendre et ne jamais se reposer sur ses acquis. L’entrepreneuriat est une aventure humaine autour de personnes qui partagent les mêmes valeurs. C’est aussi un parcours semé d’embuches. La clé de la réussite est d’apprendre de ses erreurs et de persévérer.

Avez-vous une devise que vous répétez au moins une fois par semaine ?

Innover, c’est chercher des secrets.


Leave a Reply

— required *

— required *