Pleurs, flatulences, épuisement… Retour sur la session d’examen du CFA de samedi dernier

C’en est fini de la session de décembre des examens du CFA pour cette année. Pour les milliers de candidats qui ont planché sur le niveau 1 le week-end dernier, c’est le moment de s’accorder de nouveau quelques moments de loisirs.

Prendre part à un examen de six heures est une expérience stressante entre toutes. Divisés en deux sessions de trois heures chacun, les examens sont connus pour être particulièrement difficiles – à titre d’exemple, le taux de réussite du niveau 1 à la session de juin dernier a été d’à peine 41%, le plus bas de ces cinq dernières années ; ajoutons à cela l’intolérance notoire des surveillants face à tout ce qui pourrait contrevenir aux règles strictes et parfois irrationnelles du CFA Institute – comme par exemple le fait de porter une montre connectée. Pour ces milliers de financiers privés de sommeil et en surdose de caféine, entassés dans des salles d’examen dans le monde entier, la propension au dysfonctionnement du corps est pour le moins élevée.

Ceci étant dit, les examens de samedi au London’s Excel Centre ont apparemment été entachés d’une violation des règles d’utilisation des toilettes. Certains participants d’autres centres se sont plaints sur Reddit de flatulences entravant la concentration sur les questions de fixed income, mais aussi de vomissements et de pleurs durant les sessions du matin.

Plus déroutant encore, un candidat a raconté avoir vu son voisin dormir pendant deux heures trente durant la session du matin, et de nouveau deux heures durant celle de l’après-midi, après avoir à chaque fois répondu aux questions en une fraction du temps imparti. Après diverses supputations, selon lesquelles il aurait été inscrit par son employeur et aurait répondu au petit bonheur la chance par manque de révisions, un utilisateur de Reddit a semblé se reconnaître, précisant avoir terminé rapidement car « c’était dix fois plus facile que les examens blancs et les questions de fin de chapitre. » Pour les autres, c’était top départ.


Sarah Butcher – Read more on efinancialcareers.com


Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*