Le management bienveillant n’est-il que de l’eau tiède ?

Un manager ne doit pas dire que des choses positives à ses équipes mais être en mesure de porter un regard critique et constructif sur le travail de ses collaborateurs. Par François Perotto, senior-consultant chez Kreno Consulting.

La lecture d’un post sur LinkedIn, fin juillet, m’a fortement interpellé. En effet, une jeune manager, qui rentrait d’une formation sur le management bienveillant, était déboussolée car le message essentiel qui en ressortait était qu’il ne faut dire que des choses positives à ses collaborateurs. Cette jeune manager posait alors deux questions, d’une part, de savoir comment faire progresser ses collaborateurs si on ne doit leur dire que ce qui va et, d’autre part, la bienveillance ne serait-elle que de la complaisance ?

J’ai déjà eu l’occasion de traiter du management bienveillant et de l’exigence managériale. Sur le fait de dire les choses franchement, cela fait écho à la chronique d’Anne Lécu (Revue Études, Juillet-Août 2019) sur la “parrhêsia” ; mot grec qui signifie la faculté de dire les choses, avec hardiesse et franchise, en parlant en son nom propre, sans aucune langue de bois.

Compréhension partagée

Évidemment, pour que le manager pratique la parrhêsia, il doit être en mesure de porter un regard critique et constructif sur le travail de ses collaborateurs. Nous pouvons identifier certains prérequis :

–  Une compréhension partagée et claire de la mission de l’équipe, ainsi que des rôles et des missions du poste.

–  Une compréhension partagée et claire des attendus en matière de compétences-clefs, de performance, d’indicateurs-clefs de performance et de niveau de la qualité du travail selon les différents stades de la courbe d’expérience (adaptation aux stades de maîtrise du poste).

Il est nécessaire aussi que le manager s’exprime avec assertivité (capacité à dire des choses désagréables ou à savoir dire non, sans passivité et sans agressivité).

La parrhêsia se réalise en différentes circonstances :

–  Feedbacks constructifs individuels et collectifs

–  Entretiens d’évaluation de la performance

–  Point spécifique ou d’étape du management de projet

–  Réunion d’équipe(s) etc.

Progression

Être dans la proximité avec ses collaborateurs et chercher leur performance et leur engagement par leur bien-être au travail (bienveillance), n’est pas du tout exclusif de la “parrhêsia”, qui permettra aux collaborateurs de progresser en identifiant leurs points forts et leurs points d’amélioration. Managers et collaborateurs y gagneront en relations harmonieuses et professionnelles, en sérénité et en clarté de l’expression de leurs attentes respectives, puisque la parrhêsia peut aussi être pratiquée par les collaborateurs !


François Perotto est senior-consultant Kreno Consulting – Read more on courriercadres.com


Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*