Comment Goldman Sachs et JPMorgan font que leurs employés restent épanouis

Quelles banques ont les salariés les plus épanouis en 2019 ? A ce sujet, Financial News vient de publier les résultats d’une enquête réalisée par une équipe de recherche d’UBS qui a analysé les notes attribuées par les employés en poste et les anciens employés dans diverses banques sur Glassdoor. Leurs conclusions montrent qu’il existe deux endroits extrêmement épanouissants dans l’industrie bancaire : Goldman Sachs et JPMorgan.

Selon les chercheurs d’UBS, les employés de Goldman et de JPM accordent en moyenne à leur employeur un taux de satisfaction de 78%. Les deux banques américaines sont suivies par Barclays et Bank of America Merrill Lynch (76% chacune), Morgan Stanley (74%), Citi (72%), Deutsche et SocGen (71%) et BNP Paribas (70%).

Goldman se classe également au premier rang en termes d’approbation du top management et de rémunération et avantages. Quant à JPMorgan, elle se classe au troisième rang dans les deux catégories, respectivement derrière Morgan Stanley et Bank of America. A contrario, les banques françaises – BNP Paribas et Socgen – qui se situent en bas du classement, sont également distancées pour les salaires et le personnel senior.

Si elles veulent garder leurs employés satisfaits, il semble donc que les banques françaises devraient mieux les motiver et les payer. Goldman et JPMorgan semblent exceller dans ce domaine. Qui plus est, dans ces deux banques, les employés semblent aimer travailler ensemble. « Des personnes intelligentes, capables de faire de l’argent » est un compliment typique chez GS. Idem chez JPMOrgan avec des compliments du genre : « des gens incroyablement intelligents, amicaux, collaboratifs ».

Naturellement, un taux d’approbation de 78% ne signifie pas que tout est idyllique. Un examen rapide des évaluations récentes de Glassdoor pour chaque banque fait apparaître certaines critiques. Chez Goldman Sachs, par exemple, les plaintes concernant les heures de travail, la politique du bureau, la réduction des coûts et la compétitivité sont en augmentation depuis le départ de Lloyd Blankfein (surnommé “Uncle Lloyd”) Chez JPMorgan à New York, les récriminations concernent la bureaucratie et le niveau des salaires, pas aussi élevés que prévus …


Sarah Butcher – Read more on efinancialcareers.com


Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*