Chez UBS, des banquières se plaignent de réductions de bonus après leur congé maternité

Plus d’une douzaine de femmes de la division gestion de fortune en Suisse se sont plaintes du traitement qu’elles ont reçu lorsqu’elles ont pris leur congés maternité congé, ayant eu pour effet une réduction de leurs bonus d’au moins 30% à leur retour. Bien que la banque se soit engagée à résoudre le problème il y a plus d’un an, certaines femmes continuent d’être impactées.

Dans les faits, une femme a vu son bonus réduit quatre fois après avoir eu quatre enfants. Une autre a été informée que le fait d’être une mère qui travaillait constituait un « choix de vie » pour expliquer son bonus plus faible, tandis qu’une autre a été priée de “se concentrer sur son bébé”.

Au moins deux d’entre elles ont préféré démissionner plutôt que d’avoir à renoncer à leur promotion, tandis que d’autres ont continué à travailler avec réticence pour un salaire inférieur à celui qu’elles percevaient avant d’être mères, selon plusieurs employés actuels et anciens d’UBS cités par le Financial Times.

 « Une fois enceinte, on ne rattrapera jamais les collègues masculins dans la carrière que l’on a construite avant de devenir mère », a déclaré l’une d’entre elles qui travaille toujours pour la banque. Malgré de multiples plaintes, « la pratique continue, les femmes vivent toujours exactement la même chose, rien n’a changé à une époque où [UBS] est très fière de promouvoir la qualité de banque dans laquelle les femmes travaillent ».

L’union fait la force

Plutôt que subir, ces femmes – qu’elles soient executive directors, directors ou associates – se sont officiellement plaintes de leur traitement auprès de leurs responsables hiérarchiques, des ressources humaines et du responsable de la diversité et de l’inclusion. Elles ont également formé un groupe privé pour partager leurs expériences et faire pression pour que les choses changent. D’autant plus que les hommes qui ont pris leur congés paternité n’ont pas vu leur bonus fondre comme neige au soleil.


Thierry Iochem – Lire la suite de cet article sur efinancialcareers.com


Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*