Témoignage : « Les longues journées de trading en Europe n’ont aucun sens »

cotation

Si vous êtes un trader aux États-Unis, je vous tire mon chapeau : vous êtes au bon endroit. Si, comme moi, vous êtes un trader en Europe, je vous plains.

Au moment de la rédaction de cet article, la capitalisation boursière de l’indice S&P 500 s’élevait à environ 23 milliards de dollars, contre 13 milliards de dollars pour le STOXX 600. Pourtant, aux États-Unis, les horaires de trading sont généralement de 6,5 heures par jour (de 9h30 à 16h) alors que les horaires de trading en Europe sont plutôt de 8,5 heures par jour (de 8h à 16h30 au UK par exemple).

Cela ne semble pas juste. En Europe, nous devons travailler deux heures supplémentaires par jour. Aux États-Unis, en comparaison, vous arrivez plus tard au bureau et rentrez plus tôt à la maison.

Ce n’est pas seulement injuste, mais également absurde. Les États-Unis sont le porte-drapeau du marché. De nombreux traders et algorithmes ont du mal à trouver les volumes en fin de matinée et en fin d’après-midi pour les petites et moyennes capitalisations (et même certaines large caps). Le seul événement qui fait que les volumes reprennent est l’ouverture des marchés américains.

Si l’Europe réduisait ses heures de trading, ses volumes et son activité augmenteraient certainement. Cela profiterait aux investisseurs : les spreads d’actions seraient réduits et il serait plus facile de créer une position. Quels que soient l’intelligence des algorithmes et le nombre de plates-formes de trading existantes, si les heures de trading sont trop étirées, les volumes baissent et les spreads s’élargissent.

Autre ironie : les volumes d’enchères clôturées en Europe sont beaucoup plus élevés qu’aux États-Unis, ce qui signifie que beaucoup d’entre nous doivent suspendre les transactions jusqu’à ce que nous nous approchions de l’enchère, ce qui rend les heures de trading standard des carnets de commandes encore moins utilisées.

Nous avons réussi à construire des MTF transnationaux. Nous pouvons donc convenir de réduire les heures de trading. Peut-être pourrions-nous même convenir de jours fériés pour le trading actions ? Beaucoup d’entre nous ont travaillé le 26 décembre pour couvrir les marchés européens, alors même que le Royaume-Uni observait Boxing Day. Il ne s’agit pas seulement de vouloir prendre un jour férié : lorsqu’un grand marché de l’UE est fermé pour la journée, les volumes baissent globalement de 50 à 60%. Le bénéficiaire serait l’investisseur et non pas nous.


Robert Jones – Lire la suite de cet article sur efinancialcareers.com


Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*