Espace de travail : 57 % des salariés pointent l’inconfort acoustique des open-space

girl9

Si plus de la moitié des salariés considèrent que leur environnement de travail est traditionnel, avec des bureaux fermés, ils sont de plus en plus nombreux à ressentir le besoin de le faire évoluer.

Open-space, flex-office, co-working… ces nouvelles façons de penser l’espace de travail envahissent de plus en plus les entreprises. Pour autant, selon une étude réalisée par le groupe de conseil en immobilier d’entreprise CBRE et Le Moniteur*, plus de la moitié des salariés (57 %) évoluent dans un environnement de travail dit traditionnel, avec notamment des bureaux fermés (attention bureaux fermés ne signifie pas bureaux individuels). Face à ce constat, pas étonnant que les salariés expriment massivement un besoin d’évolution, aussi bien dans le domaine des pratiques de travail (67 %) que dans celui des technologies (69 %). Si la demande des jeunes générations n’apparaît pas plus forte sur les aspects technologiques, sur la question des pratiques des différences émergent. “Les baby-boomers (53-72 ans) se démarquent, en exprimant à 41 % leur désir de préserver leurs pratiques de travail au quotidien quand Millenials (18-34 ans), à 73 %, et Xennials (35-41 ans), à 78 %, aspirent à des façons de faire plus ouvertes et variées”, note l’étude.

 

L’open space crée de l’inconfort

Et si les salariés veulent voir leurs espaces de travail évoluer, majoritairement pour accentuer la collaboration et la transversalité dans l’entreprise, l’étude pointe qu’en matière de confort personnel, “rien n’égale le bureau fermé dans la perception des collaborateurs interrogés. Il apparaît donc de façon très nette comme la forme d’espace de travail la plus appréciée”. En effet, les chiffres montrent que l’open space focalise l’insatisfaction des salariés, notamment en terme d’inconfort acoustique pour 57 % des collaborateurs et physique (température, luminosité) pour 49 %. Des griefs qui sont également partagés par les salariés travaillant en flex-office : près de la moitié sont en effet incommodés par l’inconfort acoustique et physique induit par cette nouvelle forme d’espaces. Toutefois, si seulement 6 % des répondants sont concernés par le flex-office, ils sont tout de même 47 % à estimer que cela accroît leur bien-être au travail, 40 % à assurer gagner en efficacité et 61 % à constater un meilleur rapport avec la hiérarchie.


Camille Boulate – Lire la suite de cet article sur courriercadres.com


Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*