Économie — 21/11/2017 at 14:30

Les banquiers d’investissement français sous-payés et frustrés ?

by

girl8

Les banquiers d’investissement français seraient-ils sous-payés et frustrés, notamment par rapport à leurs homologues britanniques, allemands voire italiens ? Tout porte à le croire selon la dernière enquête publiée ce matin par le site de benchmarking de salaires dans le secteur financier Emolument.com sur la base de l’analyse de 4.475 salaires et bonus de banquiers travaillant à Londres, Paris, Francfort et Milan.

Principal constat : les villes européennes se situent loin derrière Londres en terme de rémunération. Ainsi, si les banques londoniennes devaient déplacer leur main-d’œuvre vers d’autres villes européennes dans le sillage du Brexit, les packages moyens de rémunérations diminueraient fortement, en particulier pour les grades d’analyst à managing director où la capitale britannique offre les meilleurs salaires et bonus du marché.

Certes, à Paris, les bonus versés peuvent représenter jusqu’à 49% de la rémunération totale d’un managing director et sont deux fois plus élevés qu’à Francfort pour les vice presidents (VP’s). Mais ces derniers peuvent toucher dans la capitale financière allemande des salaires fixes bien plus élevés qu’à Paris. S’agissant des analysts et des associates, c’est aussi Francfort qui offre les niveaux de rémunération les plus élevés après Londres, tandis que Paris devient nettement plus attrayante pour les niveaux VP, director et MD.

 


   

Au-delà de la rémunération, Emolument s’est attaché à sonder 1.065 banquiers travaillant à Londres, Paris, Francfort et Milan pour savoir ce qu’ils pensaient de leur lieu de travail. Résultat : c’est Francfort la mieux placée quand il s’agit d’offrir aux banquiers le meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle (70% des répondants), devant Milan, Londres… et Paris.

C’est aussi Francfort qui truste la première place concernant la corrélation entre rémunération et performance, tandis que Londres demeure la ville où les entreprises sont jugées les plus ouvertes d’esprit. Dans ces conditions, guère étonnant que Paris soit la ville où les employés sont les moins motivés : 47% seulement se disent prêts à s’investir à 110% chez leur employeur, contre 75% à Francfort. Vous avez dit frustré ? Cela dit, des marges d’amélioration sont possibles…

Retrouvez cet article sur efinancialcareers.com


Les entreprises françaises, tricolores seulement en apparence
Comment la finance de l'ombre menace l'économie mondiale
Face aux grands défis mondiaux, le G20 en quête de réponses
Les secteurs et métiers de la finance au top en France début 2017

Leave a Reply

— required *

— required *