Lifestyle — 08/01/2013 at 01:04

Trois coups de cœur récent: Paris 8e, 14e et 17e

by

Un coup de cœur en matière de gastronomie est un moment de plaisir, intense ou fugace selon, mais toujours partagé. La gastronomie n’est pas un plaisir solitaire, n’en déplaise au surréaliste Raymond Roussel (1877 – 1933) qui toujours déjeunait seul, ou aux inspecteurs du Michelin. Pour certains il faut que « ça explose en bouche » comme si un repas était un exercice de pyrotechnie. Pour d’autres, au contraire – au nombre desquels je me range – l’important est la nuance, la délicate construction d’une saveur dont on perçoit le parfait équilibre en décelant, un à un, les ingrédients qui la composent, quitte à se tromper souvent.

 

Restaurant Garnier

Où dîner le lendemain de la Saint-Sylvestre quand Paris endormie est passablement sinistre ? Chez Garnier, table ichtyophagique de la famille Menut (La Grande Cascade), on met ce jour là les petits plats dans les grands. Ludovic Schwartz, le chef, avait préparé un très épatant dos de saint-pierre en croûte de pommes de terre sur un lit de champignons et jus à l’unisson. Servi chaud sous l’œil d’un directeur de salle avenant et perfectionniste. Un grand plat.

111, rue Saint-Lazare – 75008 Paris – Tél. : 01 43 87 50 40

 

La Cagouille

Gérard Allemandou et ses complices ont décidé d’inviter pour quelques semaines encore un chef japonais qui vola de ses propres ailes pendant près de deux décennies rue des Acacias. La cuisine japonaise, c’est le monde de la miniature, le grain de poivre minimal du souvenir. Taïra Kurihara n’a pas oublié la leçon apprise autrefois chez Jamin (ante Robuchon), mais revient ces temps-ci à un univers de saveurs qu’il n’avait jamais abandonné. C’est une fusion à l’envers, en quelque sorte, assurée avec la maîtrise d’un chef qui connaît les bases de la cuisine française. Déroutant ? Jamais : saint-jacques vapeur, sauce soja ; saint-pierre au caramel de langoustines ; lotte aux poivrons. Produits impeccables, accords subtils.

10 Place Constantin Brancusi 75014-Paris. Tél. : 01-43-22-09-01

 

Le Rital

Trattoria ouverte en 2010, où l’on déguste les fettucine, macherroncini, tagliolini, papardelle de la marque Spinozi, « les meilleures pâtes au monde », selon Ivano Giordani, le patron. Qualificatif que j’applique volontiers à son fameux osso bucco, accompagné d’un riz au safran, que l’on peut aussi trouver à emporter dans l’épicerie attenante aux cotés de lasagnes, de charcuteries et de vins de qualité. Repas fin décembre 2012.

25, rue Pierre Demours 75017-Paris. Tél. : 01-46-22-02-33

 

Le Monde

Ouverture le 6 avril de l'endroit mythique de St Tropez
Souvenir Perdu : La nouvelle marque anticonformiste
Pharma Express : la petite bombe des applications E-santé
London’s best rooftop bars

Leave a Reply

— required *

— required *